Comme vous le savez, le rendez-vous du 18/19 novembre n'est possible qu'avec le soutien et les encouragements de nos partenaires et de nos invités. Nous voulons donc les remercier et vous faire partager leurs visions des modèles d'alter-économie à l'aide de quelques questions "simples". Le premier de la série sera Fabien de CASTILLA de l'association ARES.

Bonjour Fabien, pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

28 ans, ancien consultant et depuis un an et demi au sein du Groupe Ares (dont fait partie La Petite Reine), en charge du développement, des partenariats et de la communication. Heureux de son travail et de la possibilité qu’il offre en termes de conjugaison entre utilité sociale et efficacité économique.

 

Comment voyez-vous aujourd'hui l'alter-entreprenariat ? Quelles valeurs véhicule-t-il et est-il compatible avec l'entreprenariat classique ?

L’entrepreneuriat social est une nouvelle manière d’entreprendre. La méthode reste la même mais le sens de la démarche est tout autre, puisqu’il s’agit de porter des projets qui ne sont pas uniquement économiques. Il est compatible et ne doit surtout pas (je l’espère) s’exclure de « l’entreprenariat classique », tel un monde à part. Il est complémentaire, voire peut insuffler de nouvelles idées / approches à toutes les entreprises, et pourquoi pas les contaminer...

Pour vous, l'entrepreneuriat social c'est quoi ?

Une équipe, des compétences, un projet à utilité sociale (qui peut être variable), une gouvernance / structure non lucrative ou alors avec un retour sur capital limité. Si vous pouviez changer une chose dans le monde, tout de suite, ce serait quoi ? Donner les mêmes chances à tout le monde, quel que soit leur lieu de naissance.

Un mot de plus ?

Cela fait vraiment plaisir de voir autant d’engouement autour de ces thématiques, une tendance qu’il va falloir consolider et développer sur la durée.

alt

 

Soirée 1 + toi !

Découvre la JCE de l'intérieur au cours d'une soirée conviviale, pour échanger avec les membres.

SOIRÉE 1 + TOI

Espace membres